FSU Centre

S'abonner à flux FSU Centre FSU Centre

Alors que depuis des semaines de nombreuses mobilisations ont lieu un peu partout dans le pays pour dénoncer les réformes en cours et la loi dite Blanquer, la FSU se félicite de la manifestation d'aujourd'hui qui a réuni plus de 10 000 manifestant-es contre le projet de réforme de l'école de la confiance.

C'est grâce à ces mobilisations que le gouvernement et des parlementaires ont déjà dû reculer : annonces du Président de la République sur les effectifs et la revalorisation des enseignant-es, retrait de l'amendement du sénat sur les EPSV...

Mais la FSU continue de refuser le projet de loi du Ministre et les réformes en cours comme celles du baccalauréat, des lycées et de parcoursup dont le bug survenu ces derniers jours est proprement scandaleux alors que les lycéens sont à un mois des épreuves du baccalauréat...

La FSU revendique à contrario des mesures permettant réellement la réussite de tous les élèves, de la maternelle à l'enseignement supérieur, et des mesures reconnaissant le rôle et le travail des personnels.

La FSU appelle les personnels à rester mobilisé-es pour défendre le service public d'éducation et la Fonction publique. Elle exige l'ouverture de négociations débouchant sur des mesures rapides notamment en termes de revalorisation salariale pour toutes et tous les personnels.

Les Lilas, 18 mai 2019

Les organisations syndicales CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FAFP, FO, FSU, Solidaires, et UNSA de la Fonction publique affirment de nouveau leur attachement aux valeurs du service public et à une Fonction publique au service de toutes et tous, porteuse de l'intérêt général.

Depuis de nombreux mois, en dépit de leurs revendications et propositions, elles constatent que le pouvoir exécutif poursuit une politique contraire aux intérêts de la population, néfaste pour les missions publiques et pour les agent-e-s. Le gouvernement pratique le double langage en prônant la modernisation de la Fonction publique et le respect des agent-e-s public-que-s, alors même qu'il ne revalorise pas leur rémunération, qu'il supprime des postes, engendrant une forte dégradation des conditions de travail, et veut affaiblir leurs droits et garanties.

Les personnels, avec leurs organisations syndicales, revendiquent l'augmentation de la valeur du point d'indice afin d'améliorer leur pouvoir d'achat, la suppression du jour de carence et rappellent leur opposition aux 120 000 nouvelles suppressions de postes annoncées.

A de multiples reprises, nos organisations se sont opposées à ces mesures et ont mis sur la table des propositions alternatives.

Poursuivant leur politique, toujours sans tenir grand compte des organisations syndicales représentatives, le Président de la République et le gouvernement comptent faire adopter au Parlement, d'ici au début de l'été, une loi dite de transformation de la fonction publique dont nombre de dispositions ont une portée très grave tant pour les agent-e-s et les citoyen-ne-s que pour l'avenir de la Fonction publique.

Il en est ainsi, par exemple, de la mise en place d'une instance unique en lieu et place des comités techniques et CHSCT, instance qui risque de diluer et amoindrir les actions dans des domaines essentiels de la sécurité, de la santé et de la vie au travail. C'est aussi le cas avec la suppression des compétences des CAP en matière de promotion et de mobilité, mesure qui va favoriser une gestion opaque et priver les personnels de recours contre l'arbitraire.

Avec le recours au recrutement accru à tous les niveaux de contractuel-le-s, la précarité sera encore aggravée particulièrement avec des contrats de mission à durée déterminée pouvant être rompu à tout moment. Par ailleurs, aucune amélioration substantielle des garanties collectives ni sécurisation des parcours professionnels n'est envisagé pour les contractuel-le-s pas plus qu'un encadrement plus strict des conditions de recrutement et de formation. De plus, c'est l'égalité d'accès aux emplois publics et les garanties de neutralité de l'agent public qui sont menacées.

Après des communiqués unitaires, après des délais de consultations des instances supérieures de la Fonction publique peu respectueuses d'un dialogue social de qualité, après que toutes les organisations représentatives de la Fonction publique aient donné un avis défavorable au projet de loi dit de transformation de la fonction publique, les organisations syndicales CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FAFP, FO, FSU, Solidaires, et UNSA réaffirment leur volonté de mettre en œuvre un processus de mobilisation inscrit dans la durée.

Pour dire non au projet de loi de transformation de la fonction publique et pour demander au gouvernement qu'il ouvre enfin des négociations sur de nouvelles bases, elles appellent d'ores et déjà toutes et tous les agent-e-s de la Fonction publique à se mettre en grève le jeudi 9 mai prochain, étape forte du processus de mobilisation.

Les Lilas le 12 avril 2019

Le tract aux usagers

Rendez-vous pour
le 18 : 10h30 place Séraucourt à Bourges
le 28 : 14h30 place Châtelet à Chartres
le 36 : 10h30 place de la République à Châteauroux
le 37 : 10h place Anatole France à Tours
le 41 : 14h 30 devant la Préfecture à Blois
le 45 : 10h départ de la cité administrative Coligny à Orléans et 10h place du Patis à Montargis

Le Snetap-FSU engage une action mardi 2 avril à partir de 13h30, en bloquant la DRAAF Centre – Val de Loire (équivalent rectorat pour l'EN). Il mobilisera les collègues de l'enseignement agricole public face aux mesures de casse de notre système éducatif et face à l'atteinte portée aux conditions de travail :
– Suppression des dédoublements, jusqu'ici réglementaires
– Baisse des dotations (DGH), qui mettent à mal nos offres de formations
– Marche forcée vers la libéralisation de l'apprentissage.
Ces mesures vont impacter, comme vous le savez, l'Education Nationale, où certains établissements de la région commencent à se mobiliser.

Tous les collègues, notamment ceux d'Orléans ou proches d'Orléans, sont sollicités pour venir manifester leur rejet de ces mesures inacceptables.

La DRAAF est située à la cité administrative Coligny, 131 rue du Faubourg Bannier 45000 Orléans.

Ce moment doit être aussi l'occasion de fédérer nos syndicats et de s'unir dans l'action actuelle et les futures actions qui ne devraient pas manquer d'ci la fin de l'année scolaire

Elles ont montré que l'opposition à la réforme Blanquer est réelle et qu'il existe une attente forte pour obtenir, à l'inverse de ce projet de loi, des mesures permettant de donner au système éducatif la capacité de faire réussir tous les jeunes.

Le gouvernement doit entendre ces exigences. Et la FSU fera tout pour qu'il en soit ainsi.

Le 4 avril prochain un temps fort de mobilisations (grève, rassemblements, manifestations...) est d'ores et déjà prévu.

Partout, la communauté éducative restera mobilisée pour demander une autre politique pour l'école.

Les réformes du lycée, du Bac et Parcoursup sont toujours rejetées par les personnels comme par les parents.

Les injonctions, les pressions, les provocations auxquelles sont soumis les personnels sont insupportables.

Le gouvernement doit entendre ces exigences et abandonner le projet de loi « pour l'école de la confiance »

Et le 9 mai prochain, le secteur de l'Education se mobilisera avec toutes et tous les agent-es de la Fonction publique pour défendre la Fonction publique et le service public de l'Education.

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.